Comment créer un jardin

Comment créer un jardin ? 10 conseils pour concevoir le jardin de vos rêves.

Créer un jardin est une expérience qui peut s’avérer très enrichissante et plaisante. Seulement, un jardin est rarement une page blanche. Même en nivelant parfaitement votre terrain sur toute sa surface, il reste un contexte, un environnement, des usages et une évolution dans le temps.

Apprendre à tenir compte de l’existant, découvrir les atouts et les faiblesses de votre espace, définir vos besoins et vos désirs ou encore réfléchir à long terme va vous permettre de concevoir un beau jardin original et personnel.

Grâce à notre premier article sur la création de son jardin, vous avez maintenant une connaissance plus fine de votre terrain et de son environnement.

Si vous ne l’avez pas encore lu, nous vous conseillons d’aller y jeter un œil, car il vous permettra de mieux cerner vos espaces extérieurs et de déterminer les zones ensoleillées, les zones humides, ce que vous voulez cacher ou au contre les éléments et les points de vue intéressants à valoriser, les endroits à protéger du vent ou des regards des passants…

Dans cet article, nous allons vous donner 10 conseils qui vont vous permettre de rentrer dans la conception sur papier de votre projet. Ils vont servir à guider votre réflexion et à faire des choix éclairés.

Le jardin est cependant avant tout un espace de liberté et de créativité. Laissez la vôtre s’exprimer et voyez ces conseils comme des guides plutôt que comme des règles.   

1 – Déterminer vos projets sur le long terme et à l’échelle du jardin

Beaucoup d’entre nous se lancent dans le jardin sans ligne directrice, ajoutant au fil du temps et des envies des plantes, des constructions ou des éléments de décoration. Le résultat est souvent hasardeux et reflète peu les rêves et les désirs des débuts.

Les beaux parcs et jardins qui nous semblent ne suivre aucune ligne directrice sont souvent le fruit de projets très élaborés.

Un jardin est avant tout un espace structuré et organisé avec des éléments fait par l’homme et des plantes.

Il faut réfléchir à l’échelle du jardin dans sa totalité.  Il est plus judicieux de prendre du temps à planifier et structure votre futur jardin, de coucher sur le papier votre jardin idéal en fonction de vos désirs, et de le réaliser petit à petit. Il est évident que ces choix de départ ne sont pas figés et ils pourront évoluer dans le temps. C’est ce qui fera de votre jardin un espace personnel et original rempli de souvenirs.

Dans un premier temps, rédiger la liste de vos souhaits. Notez tout ce que vous rêvez d’avoir dans un jardin idéal. C’est peut-être une terrasse, un bassin naturel, des espaces sauvages, des espaces pour accueillir la famille ou les amis, des vues très esthétiques…

Essayez de penser à la totalité des zones de votre terrain, observez-le de l’intérieur, de l’extérieur et de différents endroits.

Dans un second temps, déterminer vos limites. Quel budget souhaitez-vous consacrer au jardin ? Quel temps êtes-vous prêt à consacrer pour le construire et surtout l’entretenir ? Allez-vous passer du temps dans votre habitation ou est-ce seulement pour quelques années ou pour les vacances ? Qui va l’utiliser et de quelle manière ?

Pour finir, croiser les fruits de vos réflexions pour établir une ébauche de projet qui correspondra à vos attentes et à vos moyens.

2 –  Soignez les vues, les perspectives et les points focaux

Si tous les sens sont mobilisés au jardin, la vue est centrale. C’est de la peinture que vient notre perception artistique du paysage, et c’est en empruntant ses principes que l’on compose un jardin.

Trop de centres d’intérêt dans un jardin risquent de perturber le visiteur en dispersant son regard. Il est important de travailler sur les éléments que vous voulez souligner pour accompagner l’attention.

Les points focaux sont utilisés pour diriger le regard. C’est un élément marquant qui va capter le visiteur. Ce peut être une décoration, un végétal, un élément du paysage, un bâtiment, une fontaine…

Il faut déterminer ce sur quoi vous voulez que s’attarde l’œil. En se fixant d’abord sur un point focal, la découverte du jardin sera progressive, les éléments entourant le point focal étant découvert petit à petit par la suite.

Des points focaux peuvent être déjà présents dans votre jardin ou vous pouvez décider de les créer. Pour cela, n’hésitez pas à vous aider des couleurs, des lumières ou des dimensions. Prenez en compte la taille de votre jardin et adaptez-vous à la bonne échelle. Il faut également penser ces éléments en fonctions des points d’observations depuis lesquels les gens sont les plus susceptibles d’admirer votre jardin.

Les points focaux ne doivent pas forcément se trouver au centre de la scène, au contraire. Composez en vous inspirant de la règle des tiers si utile aux photographes.

Pour guider le regard sur un point focal, vous pouvez vous appuyer sur la perspective. Pour cela, il faut comprendre ce que sont la ligne d’horizon, les lignes fuyantes et le point de fuite.

C’est le regarde de l’observateur qui détermine la ligne d’horizon, ce n’est pas la ligne qui sépare le ciel et la terre qui elle peut être en dessous ou au-dessus de la ligne d’horizon. La ligne d’horizon change si vous êtes assis par terre ou sur votre balcon au troisième étage.

Le point de fuite principal, où le centre de la perspective, est le point de rencontre entre la ligne d’horizon et la direction du regard. Il y a une infinité de points de fuite sur l’horizon, le regard détermine le point de fuite principal de la scène.

Les lignes parallèles qui convergent vers le point de fuite sont les lignes fuyantes.

Comment utiliser cela au jardin ?

Avant de déterminer les vues que vous voulez souligner, passez du temps dans votre jardin. Observez-le à différents moments de la journée, et prenez pourquoi pas des photos qui vous aideront à coucher vos idées sur papier. Repérez les éléments qui pourront attirer l’œil et devenir des points focaux, et prévoyez de souligner les lignes de fuites par un cheminement, un alignement d’arbres ou une bordure. Jouez avec les tailles et les couleurs pour créer des impressions de profondeur.

Veillez à ne choisir que quelques axes principaux et ne surchargez pas le tableau.

3 – Jouez avec les lignes

Les lignes sont une dimension importante de l’architecture du paysage et sont des éléments symboliques, et il faut en tenir compte lorque l’on crée un jardin. Il y a de nombreuses lignes déjà existantes comme celles de la maison, des routes et des chemins, du quartier ou des champs et il y a celles que vous allez créer. Une ligne peut se suffire à elle-même et suggérer des formes ou des choses connues et elle peut être combinée pour représenter un motif.

Les lignes véhiculent des émotions.

Les lignes horizontales apportent le calme et le repos, elles sont parallèles à la Terre et donc au repos par rapport à la gravité. Les lignes horizontales créent un sentiment de quiétude et d’espace. Il implique une certaine continuité dans le paysage. Il est parfois judicieux de casser les lignes horizontales pour apporter du mouvement.

Les lignes verticales vont apporter une idée de force et de rupture. Elles communiquent une impression de hauteur. Elles symbolisent la spiritualité, mais peuvent devenir fatigantes voir agressives.

Les lignes obliques apportent de mouvement et du dynamisme. Elles sont en position instable et peuvent évoquer un déséquilibre. Elles peuvent être des outils de choix pour créer des perspectives.

Les lignes courbes apportent de la douceur et de la féminité. Elles se rapprochent de ce que l’on retrouve dans la nature. Elles peuvent communiquer cependant un sentiment de tension et de chaos.

Les symétries vont apporter de l’harmonie et de la quiétude au jardin. Au contraire, l’asymétrie peut servir à créer du mouvement et à attirer le regard sur un élément particulier.

Vous l’avez compris, les lignes peuvent être déterminantes dans le résultat final de votre création et dans les émotions qu’elle véhicule.

Pour créer des lignes, vous pouvez vous appuyer sur l’existant ou apporter des éléments tels que des bancs, des massifs, un arbre isolé un encore un chemin.

4 – Maniez les couleurs

La gamme des couleurs que nous offre le monde végétal au jardin est une véritable de richesse qui permet de créer des scènes paysagères allant du bord d’étang calme et romantique à la véritable expérience psychédélique.

Les couleurs sont riches en symboles et éveillent de nombreuses émotions. Les différents effets qu’elles provoquent sur le regard, qu’elles soient seules ou associées, sont étudiés depuis longtemps par les artistes. Ce riche savoir multiséculaire est une véritable source d’inspiration pour créer votre jardin.

Il y a trois couleurs dites primaires, qui sont le bleu, le jaune et le rouge. Elles ne peuvent pas être obtenues par mélange d’autres couleurs.

Les couleurs secondaires s’obtiennent en assemblant deux couleurs primaires. Ce sont le vert (bleu et jaune), l’orange (rouge et jaune) et le violet (bleu et rouge).

Les couleurs tertiaires s’obtiennent en mélangeant une couleur primaire avec une couleur secondaire. On peut citer par exemple  les couleurs indigo, turquoise, chartreuse, pourpre…

Quand une couleur secondaire ne rentre pas dans la composition d’une couleur primaire, ces deux couleurs sont dites complémentaires. Ce sont des associations qui fonctionnent particulièrement bien au jardin (le vert et le rouge, l’orange et le bleu, le violet et le jaune…).

Certaines couleurs sont dites ‘’neutres’’ au jardin. Elles peuvent être utilisées en associations avec d’autres couleurs sans modifier l’ambiance et le caractère de la scène. Les noirs, blancs, marrons et gris sont des couleurs neutres.

Les couleurs froides sont celles qui sont basées sur des nuances de bleu. Elles apportent une sensation de calme, d’éloignement, de profondeur, de sérénité ou encore de fraicheur. Le vert, si présent au jardin, fait partie des couleurs froides. Les violets sont également des couleurs froides.

Les couleurs chaudes sont celles qui sont basées sur des nuances d’orange et de rouge. Ce sont les couleurs du dynamisme, de la chaleur, du confort et de l’énergie. Elles peuvent parfois créer un effet agressif voir violent. Elles sont idéales pour attirer le regard et créer des points focaux dans un aménagement paysager.

Il faut manipuler les couleurs pour se familiariser avec les différents effets qu’elles peuvent créer et trouver les associations qui vous plaisent. Ce peut être fait à partir d’images, de photos ou de dessins. Pourquoi ne pas profiter de votre volonté de créer un jardin pour se mettre à l’aquarelle ?

Lorsqu’une combinaison de couleurs est agréable à l’œil, provoque une sensation de continuité et de plénitude, on parle d’harmonie.

La plupart des grands peintres ont utilisé les principes des harmonies et des contrastes de couleurs.

L’harmonie peut être atteinte en associant deux couleurs complémentaires. Lorsqu’il est face à une couleur, l’œil humain recherche sa couleur complémentaire. Les associer crée un effet vibrant et éclatant qui attire le regard. C’est une technique à utiliser avec parcimonie.

L’harmonie monochrome se base sur une seule teinte et ses variations. Elle peut être très intéressante dans un massif.

Un camaïeu est créé à partir d’une même valeur, mais avec des intensités différentes (imaginez que vous rajoutiez de plus en plus de blanc à une couleur de départ pour créer votre panel de couleurs).

Les contrastes peuvent être créés à partir du noir et du blanc (contraste du clair-obscur) ou encore des couleurs chaudes et des couleurs froides. Le peintre suisse Johannes Itten a identifié sept types de contrastes. Ils peuvent être utilisés à merveille au jardin.

5 – Marquez les limites

Les limites du jardin sont essentielles et permettent de créer différentes espaces pour différentes ambiances. Elles peuvent être discrètes ou évidentes et marquer une volonté de continuité ou au contraire de rupture.

Diviser votre aménagement en différentes enceintes permet d’apporter un sentiment de sécurité et de stabilité dans les espaces que l’on souhaite dédier à la détente et au calme. Elles permettent également de marquer la séparation avec le monde extérieur et ses soucis et de former un cocon protecteur.

Les limites seront très marquées pour un espace de repos et un peu moins pour un espace convivial ou la circulation est nécessaire. Certaines zones peuvent être très ouvertes et favoriser ainsi la promenade et la rêverie.

Aménagez des ouvertures à des endroits stratégiques, en veillant toujours à ne pas multiplier les éléments qui attirent l’attention, ce qui pourrait fatiguer le regard.

Marquez les limites assure également la cohésion et la continuité avec le bâti et la maison.

Soignez particulièrement l’entrée de votre aménagement. C’est la limite entre votre jardin et le reste du monde. Elle doit être accueillante, c’est la première étape de votre jardin. Vous pouvez aménager des entrées entre les différentes zones pour marquer la progression et le passage d’un univers à un autre.

Limites et entrée ne sont pas forcément des barrières, des clôtures ou des murs, bien que ces constructions puissent être très esthétiques et parfaitement intégrées dans le paysage. Jouer avec les différences de hauteurs à l’aide d’arbres bien choisis, intégrer de subtiles différences de niveaux de terrains, implanter un cheminement discret, une bordure en bois ou encore une haie paysagère est des moyens judicieux de séparer l’espace tout en gardant un jardin ouvert où la lumière circule.

6 – Utilisez à bon escient les proportions

Le Robert définit la proportion comme ‘’Rapport esthétiquement satisfaisant entre deux éléments d’un ensemble’’.

Depuis l’antiquité, la proportion parfaite dans l’art et l’architecture est celle du nombre d’or qui est égal à 1,618.

Dans une création, la taille de la grande partie (surface, volume, distance…) divisée par la taille de la petite partie doit être égale à 1,618.

Ce nombre d’or se retrouve à de nombreux endroits dans la nature et notamment dans la flore, c’est pourquoi il est appelé aussi la divine proportion.

Pour s’en rapprocher, on s’appuie généralement en aménagement paysager sur la règle des tiers que l’on a évoqué dans le conseil numéro 2 sur les vues, les perspectives et les points focaux.

Le rapport de la grande partie sur la petite partie est de 1,5, car la petite partie fait 2/3 de la grande.

Utiliser la règle des tiers vous permettra d’obtenir un tout harmonieux dans votre jardin. Elle peut être utilisée partout, dans les rapports entre les hauteurs de murs et des haies avoisinantes, dans les rapports de volumes entre des massifs, dans les rapports de longueur entre un bassin et un îlot…

7 – Créez du dynamisme

Pour faire de votre jardin une expérience exceptionnelle et donner envie aux gens de la parcourir, il est important de créer du dynamisme. Pour cela, vous pouvez jouer sur plusieurs aspects pour apporter du rythme et du mouvement. Attention cependant encore une fois à ne pas surcharger l’espace au risque de créer la confusion.

Vous devez veiller à ce que l’aménagement respecte une certaine unité et qu’il s’intègre dans son environnement, notamment avec la maison à côté si c’est le cas. Pour apporter de l’unité, vous pouvez vous appuyer sur les connexions entre les différents éléments à l’aide de chemin, de haies, d’escalier… Par ailleurs, la répétition d’éléments, de motifs ou de matériaux permet également d’apporter une unité à l’ensemble.

Une fois que l’unité de l’ensemble est respectée, il est nécessaire d’apporter du rythme en utilisant tous les conseils précédents et en jouant avec les couleurs, les vues, les proportions, les lignes et les limites.

Utilisez la dualité entre les couleurs et les formes, créez des espaces positifs opposés à des espaces négatifs et créez des relations entre les différents éléments du jardin.

Le rythme doit pouvoir être ressenti par un observateur statique aussi bien que par un visiteur en mouvement.

Les possibilités sont infinies.

8 –Ne négligez pas la mise en scène

Le jardin c’est également le plaisir de la découverte et de la surprise. Jusqu’à très récemment dans l’histoire de l’homme, il était très difficile de voyager, même pour les gens les plus aisés. Le jardin était le seul moyen de découvrir un paysage et des décors différents, à travers la mise en scène qui visait à recréer des lieux exotiques à partir de dessins, de textes ou d’histoires. Le jardin est également le lieu du mystère et de la fantaisie, c’est un endroit qui peut générer des émotions très diverses et opposées telles que le réconfort ou la peur, juste en traversant un même endroit à différemment moment de la journée.

La mise en scène tient une place centrale dans le jardin. Une fois que la circulation et le mouvement sont créés, une fois que les vues principales sont définies et soulignées, il faut ajouter à la promenade la surprise, le mystère et la fantaisie.

Le cheminement doit être une découverte progressive avec des coups de théâtre et des effets de surprise. Pour cela, vous pouvez utiliser des formes, des jeux d’ombre et de lumière ou encore des illusions d’optique.

Cela peut se faire avec des aménagements très simples, comme un chemin courbe dont la fin est masquée par une haie, le son de l’eau que se fait entendre sans que l’on puise deviner sa provenance.

C’est un excellent moyen de personnaliser votre aménagement et d’y apporter une touche d’humour ou de caractère.

C’est une invitation à l’exploration et à la curiosité qui pourra plaire particulièrement aux plus jeunes et les inciter à passer du temps dehors.

9 – Prenez en compte le temps

Le jardin est une création vivante qui évolue dans le temps.

Cet aspect est à prendre en compte dès la conception de votre projet. En effet, tous les effets que vous voudrez créer en utilisant les conseils donnés ici seront tributaires de l’évolution de la taille des plantes, des changements de couleur des matériaux, du passage des saisons…

C’est une différence de taille avec l’aménagement de l’intérieur de la maison

Le jardin est un espace qui requiert de la patience et une capacité à se projeter à court et long terme. Un simple coup de sécateur peut avoir des conséquences importantes plusieurs années plus tard sur le développement et les proportions du végétal.

Les aléas climatiques peuvent impacter parfois gravement votre aménagement. Il est possible également d’en tirer parti et de les intégrer dans votre mise en scène.

Même à l’échelle de la journée, votre jardin évolue. Son aspect pourra être très différent entre l’aube et le crépuscule, entre le soleil de midi et la nuit.

Il est important de faire du temps un allié en ayant connaissance de l’évolution de votre jardin et de l’influence des

10 – soyez créatifs et inspirés

L’aménagement du jardin est idéal pour laisser exprimer sa créativité sans toutes les contraintes qu’il peut y avoir à l’intérieur de la maison. Autant en profiter !

Il est parfois difficile de trouver des idées, surtout quand on débute. On a souvent un idéal en tête qu’il est difficile de matérialiser sur un dessin ou à l’écrit.

Prenez le temps de nourrir votre créativité et de trouver l’inspiration. Pour cela, internet regorge de solutions pour trouver des idées pour tous les goûts et adaptées à toutes les problématiques. Les plateformes comme Instagram ou Pinterest sont pleines de comptes de passionnés et de professionnels avec qui il ne faut pas hésiter à échanger. Ces réseaux sont très utilisés par les professionnels qui exercent dans les métiers créatifs, pourquoi s’en priver ?

Pour ceux qui préfèrent utiliser d’autre outil qu’internet, il existe de nombreux livres sur le jardinage et l’aménagement paysager.

Des visites de jardin, des promenades, des musées ou des œuvres d’art vous aideront à trouver l’inspiration pour composer un jardin qui vous correspond.

2 réflexions sur « Comment créer un jardin ? 10 conseils pour concevoir le jardin de vos rêves. »

  1. Article complet qui me conforte à retourner dans mon jardin régulièrement malgré le mauvais temps de l’automne et y appliquer des règles de composition ? Ces dernières sont d’ailleurs similaires en photographie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *